« Le fabuleux destin de Filego Pétochard nouveau tsar (sic) »

(Pièce pour 2 personnages)

Extrait 1 : Tableau 1 (devant un miroir)

Teresina : Je peux profiter de la vue ?

Filego : Il est là pour ça.

Teresina : Super ! (un temps) Tu l’aimes ?

Filego : Comment ne pas l’aimer ? Et toi ?

Teresina : Je le trouve corsé. Et toi ?

Filego : Je le trouve puissant.

Teresina : Sera-t-il généreux ?

Filego : Il sera monstrueux.

Teresina : Il est assez décoré ?

Filego : (à son cerveau) Greffier. Penser à faire reluire médailles, breloques et rubans.

Teresina : Super ! Il pense à tout.

Filego : Il ne peut pas faire autrement.

Teresina : Oh j’aime quand il a ce regard de lynx. Il a l’air tellement…

Filego : Viril ?

Teresina : Je dirais presque bestial.

Filego : Nous n’osions pas le dire. Du latin bestialis. « Je suis convaincu que je pourrais vivre comme un moine bien que je sois doué d’une sensualité bestiale. »

Teresina : Oh il parle comme un livre.

Filego : Un livre de la jungle. Bientôt il va te faire rugir.

Teresina : Oh qu’il me dise quelque chose de gentil.

Filego : Il va pouvoir satisfaire tous nos besoins.

Extrait 2 : Tableau 3 ( il écrit à l’aide de sa brosse à dents)

Filego : Moi, Filego Premier, tsar de tout et surtout de moi-même, déclarons ceci. Etant donné le déficit chronique de l’autorité de l’Etat, que j’ai grandement contribué à creuser, ne me remerciez pas, j’ai fait ça pour vous, étant donné le déficit budgétaire, judiciaire et fiduciaire, du latin fiducia qui signifie confiance, merci pour elle, étant donné le temps perdu un peu partout, et notamment au parlement, je le sais, j’y étais, enfin bref, étant donné tout ceci mais aussi tout cela, déclarons ce jour la peur grande cause nationale… Qu’est-ce qu’il y a ?

Teresina : A force il va mettre de l’encre partout.

Filego : C’est une brosse à dents. (un temps court) J’ai perdu le fil.

Teresina : Pas de panique ! (va chercher du fil dentaire)

Filego : Pourquoi ils veulent tous quelque chose qui n’existera plus dans dix ans ? Dans dix jours. Dix minutes. A quelle heure je passe à la télé ?

Teresina : A toute heure, mon chaton. Tu ne veux plus ton fil ?

Filego : Nous devons lutter contre la banalisation du mal. Je suis exceptionnel. Il me faut un programme d’exception.

Teresina : D’exception.

Filego : Du latin exceptio, ce qui est hors de la loi commune, rare ou unique. Comme moi. Il me semble bien avoir convoqué la rédaction aujourd’hui.

Teresina : Youpie ! Pour quelle raison ?

Filego : (à son cerveau) Une raison. Vite. (un temps bref) Une séance de coups de pied au cul.

Teresina : Un de ces jours tu te feras mal au pied.

Filego : Nous n’avons pas un métier facile.

Extrait 3 : Tableau 4

Teresina : Vous allez à la pêche ?

Filego : (fixe un billet au bout de son hameçon) A la pêche au pauvre. Mais rassure-toi, il est faux.

Teresina : Tu comptes me faire manger du pauvre ce soir ?

Filego : Ce n’est pas pour le manger.

Teresina : Alors pourquoi le pêcher ?

Filego : Nature égale tradition. Sélection naturelle. Principe de précaution. Et deux précautions valant toujours mieux qu’une seule (un second billet) Celui qui mord à l’hameçon est toujours le plus atteint. Ce qui évite d’éliminer le troupeau entier.

Teresina : Quel troupeau ?

Filego : Un effort, Teresina. Le troupeau de pauvres. La troupe de nécessiteux. La meute de SDF, si tu préfères.

Teresina : Tu veux dire les clochards ?

Filego : Il veut dire SDF.

Teresina : Je préfère clochards.

Filego : Erreur. Ils n’ont pas le même goût. Le clochard aime la sauce dans laquelle il mijote. Le SDF pas du tout.

Teresina : Il n’aime pas ?

Filego : Il la supporte. En attendant que ça passe.

Teresina : Bon, je ne comprends pas tout mais sois bien sage, mon tirlitou à sonnettes. Et ne rentre pas tard. (un temps) Tu n’y vas pas ?

Filego : Mon troisième cerveau qui me parle.

Teresina : Hourrah ! Musique !

Extrait 4 : Tableau 8

Teresina : Ça ne va pas mieux ?

Filego : Je rebondis. Important de savoir rebondir. Ne jamais se laisser abattre et toujours rebondir.

Teresina : Si tu bouges, je n’y arriverai pas.

Filego : Je sais ce qu’il y a !

Teresina : Oui ?

Filego : Nous allons rester assis là jusqu’à ce qu’on me demande, qu’on le prie, qu’on nous supplie de me lever.

Teresina : C’est bien, reste assis.

Filego : Nous déclarons l’état de siège.

Teresina : Ça va nous reposer.

Filego : Nous avons la migraine.

Teresina : Oh, mon doberman en sucre, il a mal. Où ça ?

Filego : Partout partout. Là, là, là, et puis là aussi.

Teresina : Je te l’ai dit : tu travailles trop.

Filego : Oui, j’en fais trop. Et je récolte ? Ingratitude à tous les étages. Ingrats !

Teresina : Je l’avais dit.

Filego : Ce n’est pas une consolation.

Teresina : J’ai pensé une chose.

Filego : Tu as pensé. Intéressant. On peut en savoir un peu plus ?

Teresina : Non, c’est une folie.

Filego : Dis-moi, et puis nous te dirons.

Teresina : Bon. Mais tu promets de ne pas te fâcher.

Filego : Ça commence mal.

Teresina : Tu dois promettre.

Filego : Nous promettons.

Teresina : Non, toi.

Filego : Je promets.

Teresina : Croix de bois, croix de fer ?

Filego : Teresina !

Teresina : Bon, bon. Tu as déjà pensé que nous pourrions revenir au moyen-âge ?

Filego : Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?

Teresina : Le moyen-âge. Des princesses, des chevaliers, et puis aussi des fées.

Filego : Et pourquoi pas quelques sorcières avec ?

Teresina : J’allais le dire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s