« Autopsie d’un lâche ordinaire »

(pièce à un personnage masculin)

Extrait 1 :

Mais attention et je le dis pour couper court j’étais pas un idéologue.

A cette époque y avait plus d’idéologie le « pragmatisme » ça s’appelait mais bon ça vous le savez on en a parlé à la barre.

Une question quand même vous vous êtes déjà demandé à quoi vous servez ?

Je lis le journal tous les soirs si on disait la vérité je le saurais.

Surtout quand c’est de moi qu’on parle.

Parce que les journalistes oui cela dit sans vous vexer vous écrivez n’importe quoi.

Oh je sais bien faut pas déplaire à ceux qui tirent les ficelles.

Ils vous nourrissent vous entretiennent et après vous pourriez tranquillement ?

Tranquillement quoi leur chier sur le paillasson ? Faut pas rêver.

Je vais vous dire moi ce qu’ils font.

Ils dépiautent le gigot se refilent les beaux morceaux et nous envoient l’os à ronger.

Extrait 2 :

Pour pouvoir bien vous expliquer faut commencer par un début.

Sans remonter à ma naissance. L’école non plus. J’étais pas vraiment un cadeau mais pas non plus de quoi s’étendre.

Qu’il vous suffise de savoir j’en ai découragé plus d’un.

Le plus souvent comme je disais j’avais les « découragements » du conseil de classe.

« Ce garçon fait de l’inertie ! » on a même un jour dit à ma mère.

De l’inertie.

Y a qu’en Histoire finalement j’étais plutôt intéressé.

C’est au collège j’ai appris ça il n’y a qu’une patrie la nôtre.

« La garde meurt mais ne se rend pas ! » hein franchement ça fait rêver.

Et puis aussi « Messieurs les Anglais tirez les premiers ! »

J’étais certain le monde entier doit nous envier.

Oui il nous enviait même un peu trop.

Parce que à côté à force d’entendre « on peut pas accueillir toute la misère du monde » ou bien alors « ils sont pas mûrs pour la démocratie ».

Au bout d’un moment l’opinion se fait d’elle-même.

J’étais encore un peu jeune mais.

Ça me travaillait.

Personnellement moi j’avais rien contre personne toujours respecté mes voisins mais je sentais y a quelque chose.

On avait l’air de s’excuser oui s’excuser d’être ce qu’on était.

Extrait 3 :

Mais « revenons aux faits. »

Combien de fois vous l’avez dit « revenons aux faits » mais vous les faits vous vous en balancez.

« Votre femme vous a quitté à cause de votre problème d’alcool ? »

Alors c’est ça vos faits ça qui vous turlupine savoir pourquoi Nicole elle est partie ?

Je vais vous dire y en a eu d’autres pour picoler mais moi j’étais pas un alcoolique.

Ça va peut-être vous étonner l’alcool ça m’est venu après.

Comme une compresse.

Parce que c’était pas joli joli avant mais après les évènements alors pardon débrouille-toi comme ça vient. Un vrai « radeau de la méduse » grandeur nature. Dis papa c’est encore loin l’Amérique ? Tais-toi et bouffe cette merde. Et si tu vois une main se tendre fais attention elle va te mettre la tête sous l’eau.

Ça oui alors voilà un fait trente ans que j’ai la tête sous l’eau.

Extrait 4 :

En fait ça se passe toujours de la même façon vous savez.

C’est à dire on les regroupe après les avoir débusqués et on les conduit dans la forêt par groupes de trente.

Oui c’est pour ça un jour on nous demandera carrément de simplifier.

En gros ça veut dire. Eh bien ça veut dire d’abattre sur-le-champ quoi.

Non pas comme ça. On les fait allonger face contre terre et une balle oui une seule balle dans la nuque.

C’est ce qu’on a trouvé de plus commode plus rapide et plus sûr.

On peut pas dire ça y a pas d’ordre précis. « Prenez des mesures » ou bien « trouvez une solution » c’est pas des ordres. C’est toujours comme ça on te confie une mission et puis rien à toi de t’arranger.

Non impossible de désobéir y a toujours quelqu’un pour venir vérifier si le travail est fait.

Non le pire c’est quand on nous demande de prendre des mesures de dissuasion pour éviter les soulèvements. Ça veut dire quoi « dissuasion » ? Il faudrait de la méthode mais là chacun fait comme il veut.

Non nous ne sommes pas brutaux pas plus que nécessaire mais je vous l’ai dit nous manquons de méthode alors forcément les bavures. Mais nous n’avons pas la haine en tout cas pas moi. Je verrai jamais un seul type armé en face de moi c’est vous dire.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s